Les religions et la femme

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Helena le Mer 20 Déc - 16:11

Bonjour à tous,

Tandis que je recherchais dans le livre de la Genèse des récits bibliques où Dieu est intervenu afin de vérifier la chronologie d'Olivier, je suis tombée sur un autre récit qui m'a terriblement choquée.
Cela concerne la famille de Jacob. Shocked

Le chapitre 34 de la Genèse raconte l'histoire de Dina. Ce que j'ai lu ne correspond pas à la façon dont on m'avait raconté l'histoire il y a quelques années (Dina l'imprudente qui fréquente les gens des nations).

Voici l'histoire:

"1 Dina, la fille que Léa avait donnée à Jacob, sortit pour voir les filles du pays. 2 Sichem, fils de Hamor, le prince du pays, la vit. Il l'enleva et coucha avec elle, il la viola. 3 Il s'attacha à Dina, la fille de Jacob; il aima cette jeune fille et parla à son coeur. 4 Sichem dit alors à son père Hamor: «Donne-moi cette jeune fille pour femme.» 5 Jacob apprit qu'il avait déshonoré sa fille Dina. Comme ses fils étaient aux champs avec son troupeau, il garda le silence jusqu'à leur retour.
6 Hamor, le père de Sichem, alla trouver Jacob pour lui parler. 7 Les fils de Jacob revenaient des champs lorsqu'ils apprirent la nouvelle. Ces hommes furent irrités et se mirent dans une grande colère parce que Sichem avait commis un acte odieux contre Israël: il avait couché avec la fille de Jacob, ce qui n'aurait pas dû se faire. 8 Hamor leur tint ce discours: «Mon fils Sichem est tombé amoureux de votre fille. Donnez-la-lui pour femme, je vous en prie. 9 Alliez-vous par mariage avec nous! Vous nous donnerez vos filles et vous prendrez les nôtres pour vous. 10 Vous habiterez avec nous et le pays sera à votre disposition. Restez pour y faire du commerce et y acquérir des propriétés.»
11 Sichem dit au père et aux frères de Dina: «Si seulement je trouve grâce à vos yeux, je donnerai ce que vous me direz. 12 Réclamez-moi une forte dot et beaucoup de cadeaux, et je donnerai ce que vous me direz, mais accordez-moi la jeune fille pour femme.» 13 Les fils de Jacob répondirent en parlant avec ruse à Sichem et à son père Hamor, parce que Sichem avait déshonoré leur soeur Dina. 14 Ils leur dirent: «Donner notre soeur à un homme incirconcis, c'est quelque chose que nous ne pouvons pas faire: ce serait une honte pour nous. 15 Nous ne donnerons notre accord qu'à la condition que vous deveniez pareils à nous et que tout homme parmi vous soit circoncis. 16 Alors nous vous donnerons nos filles et nous prendrons les vôtres pour nous, nous habiterons avec vous et nous formerons un seul peuple. 17 En revanche, si vous ne voulez pas nous écouter et vous faire circoncire, nous prendrons notre fille et partirons.»
18 Hamor et son fils Sichem approuvèrent ces paroles. 19 Le jeune homme ne tarda pas à faire ce qui avait été dit, car il aimait la fille de Jacob. Il était estimé de tous chez son père.
20 Hamor et son fils Sichem se rendirent à la porte de leur ville et dirent à leurs concitoyens: 21 «Ces hommes ont des intentions paisibles envers nous. Qu'ils restent dans le pays et qu'ils y fassent du commerce! Le pays est assez vaste pour eux. Nous prendrons leurs filles pour femmes et nous leur donnerons nos filles. 22 Cependant, ces hommes ne seront d'accord d'habiter avec nous pour former un seul peuple qu'à la condition que tout homme parmi nous soit circoncis, tout comme ils sont eux-mêmes circoncis. 23 Leurs troupeaux, leurs biens et tout leur bétail ne nous appartiendront-ils pas? Acceptons seulement leur condition pour qu'ils restent avec nous!»
24 Tous ceux qui étaient venus à la porte de la ville écoutèrent Hamor et son fils Sichem. Tous les hommes se firent circoncire, tous ceux qui étaient venus à la porte de la ville. 25 Trois jours plus tard, alors qu'ils étaient souffrants, Siméon et Lévi, deux fils de Jacob frères de Dina, prirent chacun leur épée, surprirent la ville qui se croyait en sécurité et tuèrent tous les hommes. 26 Ils passèrent aussi au fil de l'épée Hamor et son fils Sichem. Ils enlevèrent Dina de la maison de Sichem et sortirent. 27 Les fils de Jacob se jetèrent sur les morts et pillèrent la ville parce qu'on avait déshonoré leur soeur. 28 Ils prirent leurs troupeaux, leurs boeufs et leurs ânes, ce qui était dans la ville et ce qui était dans les champs. 29 Ils emmenèrent en guise de butin toutes leurs richesses, leurs enfants et leurs femmes, ainsi que tout ce qui se trouvait dans les maisons.
30 Jacob dit alors à Siméon et à Lévi: «Vous me troublez en provoquant le dégoût des habitants du pays, des Cananéens et des Phéréziens, envers moi. Je n'ai qu'un petit nombre d'hommes. Ils se rassembleront contre moi, me frapperont et je serai détruit avec ma famille.» 31 Ils répondirent: «Peut-on traiter notre soeur comme une prostituée?
»

Dans ce récit, les hommes de la ville avaient conclu un accord avec les fils de Jacob : ils se faisaient tous circoncire (ce qui ne doit pas être très drôle) et leurs peuples deviendraient unis. Sichem qui était amoureux de Dina était prêt à donner tout ce qu’il possédait pour pouvoir épouser la femme qu’il aimait.
Les fils de Jacob donnent leur accord, et pourtant ils décident de tuer tous les hommes de la ville en les surprenant car ils étaient considérés comme des amis qui venaient en paix !

Non seulement ils tuent tous les hommes de la ville, mais ils volent toutes leurs richesses, tous leurs troupeaux, ils emmènent tous les enfants et les femmes de la ville avec eux en captivité ! Evil or Very Mad

En résumé, ils rasent toute une ville, sans aucune pitié, juste parce que Dina leur sœur a couché avec Sichem, le fils du prince de la ville. En lisant, il me semble comprendre en plus que Dina et Sichem étaient amoureux l’un de l’autre…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

Au chapitre 35, verset 22, nous lisons : 22 Pendant qu'Israël résidait dans cette région, Ruben alla coucher avec Bilha, la concubine de son père, et Israël l'apprit. Les fils de Jacob étaient au nombre de 12.

Dans ce passage, Ruben décide de coucher avec la concubine de son père. Et l’histoire continue comme si de rien n’était… Twisted Evil

L’histoire de la famille de Jacob continue :

Au chapitre 37, les fils de Jacob décident, d’un commun accord, de se débarrasser de leur plus jeune frère : Joseph. Ils avaient même prévu de le tuer !
Finalement, Juda a la bonne idée de le vendre… Crying or Very sad

Genèse 37 : 14-28 : « 14 Israël lui dit: «Va donc voir si tes frères sont en bonne santé et si le troupeau est en bon état; tu m'en rapporteras des nouvelles.» Il le fit ainsi partir de la vallée d'Hébron. Joseph se rendit à Sichem. 15 Un homme le rencontra alors qu'il errait dans la campagne et lui demanda: «Que cherches-tu?» 16Joseph répondit: «Ce sont mes frères que je cherche. Dis-moi donc où ils gardent le troupeau.» 17 L'homme dit: «Ils sont partis d'ici. En effet, je les ai entendus dire: 'Allons à Dothan.'» Joseph partit sur les traces de ses frères, et il les trouva à Dothan.
18 Ils le virent de loin et, avant qu'il ne soit près d'eux, ils complotèrent de le faire mourir. 19 Ils se dirent l'un à l'autre: «Voici le rêveur qui arrive! 20 Allons-y maintenant! Tuons-le et jetons-le dans une des
citernes. Nous dirons qu'une bête féroce l'a dévoré et nous verrons ce que deviendront ses rêves.» 21 Ruben entendit cela et il le délivra de leurs mains. Il dit: «N'attentons pas à sa vie!» 22 Il leur dit encore: «Ne versez pas de sang! Jetez-le dans cette citerne qui est dans le désert et ne portez pas la main contre lui!» Il avait l'intention de le délivrer de leurs mains pour le faire retourner vers son père.
23 Lorsque Joseph fut arrivé vers ses frères, ils le dépouillèrent de son habit, de l'habit de plusieurs couleurs qu'il portait. 24 Ils s'emparèrent de lui et le jetèrent dans la citerne. Celle-ci était vide: il n'y avait pas d'eau. 25 Ils s'assirent ensuite pour manger. Levant les yeux, ils virent une caravane d'Ismaélites qui venaient de Galaad. Leurs chameaux étaient chargés d'aromates, de baume et de myrrhe qu'ils transportaient en Egypte. 26 Juda dit alors à ses frères: «Que gagnerons-nous à tuer notre frère et à cacher son sang? 27Venez, vendons-le aux Ismaélites et ne portons pas la main sur lui, car il est notre frère, il est de notre chair.» Ses frères l'écoutèrent.28 Au passage des marchands madianites, ils tirèrent et firent remonter Joseph de la citerne, et ils le vendirent pour 20 pièces d'argent aux Ismaélites qui l'emmenèrent en Egypte. »


Ainsi, les fils de Jacob se débarrassent de leur propre frère tout en sachant la peine terrible qu’ils causeront aux parents de Joseph !

L’histoire continue !

Juda, lui a le droit de prendre pour femme une cananéenne. Twisted Evil

En Genèse 38 : 1-5 : « 1 A cette époque-là, Juda s'éloigna de ses frères et se retira chez un homme d'Adullam appelé Hira. 2 Là, il vit la fille d'un Cananéen du nom de Shua; il la prit pour femme et eut des relations avec elle. 3 Elle tomba enceinte et mit au monde un fils qu'elle appela Er. 4Elle tomba enceinte et donna naissance à un fils qu'elle appela Onan. 5 Elle mit de nouveau au monde un fils qu'elle appela Shéla. Juda était à Czib quand elle lui donna naissance. »

L’histoire se poursuit comme suit :

Un jour, Juda voit une femme (en réalité sa belle-fille) qui se faisait passer pour une prostituée :
Genèse 38 : 15-17 : « 15 Juda la vit et la prit pour une prostituée, parce qu'elle avait couvert son visage. 16 Il l'aborda sur le chemin et dit: «Laisse-moi avoir des relations avec toi.» Il ignorait en effet que c'était sa belle-fille. Elle dit: «Que me donneras-tu pour cela?» 17 Il répondit: «Je t'enverrai un chevreau de mon troupeau.» Elle dit: «Donne-moi un gage jusqu'à ce que tu l'envoies

Donc, Juda avait le droit de coucher avec n’importe quelle femme qu’il croisait sur son chemin. Par contre sa sœur n’avait pas le droit d’aimer qui elle voulait, et le fait qu’elle couche avec un homme s’est terminé par l’extermination d’une ville… !!  J’essaie de comprendre… confused

Mais le verset 24 et probablement celui qui m’a le plus choquée :
« 24 Environ trois mois plus tard, on vint annoncer à Juda: «Ta belle-fille Tamar s'est prostituée et la voilà même enceinte à la suite de sa prostitution.» Juda dit: «Faites-la sortir et qu'elle soit brûlée.»

Quelle horreur ! Juda était prêt à faire brûler vive sa propre belle-fille portant un enfant dans son ventre !! Pourquoi ? Parce qu’elle s’était prostituée alors que lui-même couchait avec des prostituées !!!! affraid

Je suis très choquée par l’attitude de Juda qui est l’ancêtre de Jésus.
Je me pose aussi la question : si Juda était prêt à brûler sa belle-fille aussi facilement, est-ce que c’est quelque chose qui se faisait ?
L’homme pouvait coucher avec qui il voulait, il ne lui arrivait jamais rien. La femme était brûlée vive ????????

Je ressens une grande injustice, une grande déception proche du dégoût de cette famille mythique que je revois encore dans le beau livre « Recueil d’histoires bibliques »…

Je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi Joseph, celui qui n’a pas fait couler de sang innocent, celui qui n’a pas chercher à tuer ou à vendre ses propres frères mais qui les a accueillis après tout le mal qu’il leur a fait ! Celui qui a donné les plus belles terres d’Egypte à ceux qui ont agi de manière aussi odieuse. Celui qui a sauvé tant de monde de la famine après avoir supervisé le stockages des denrées alimentaires suite au rêve que Dieu lui-même lui a permis d’interpréter… pourquoi Joseph n’est-il pas l’ancêtre de Jésus… !? Question

Helena
avatar
Helena

Messages : 40
Date d'inscription : 28/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Ven 29 Déc - 1:21

Bonsoir Helena

Je comprends complètement ton émotion et ton sentiment d'injustice que je partage. On peut se demander comment des êtres humains peuvent-ils être capables de telles actes détestables et à fortiori comment des serviteurs de Dieu peuvent-ils agir de la sorte?
Les fils de Jacob ont agi bien plus mal que ceux qui ne connaissaient pas Dieu. Malheureusement, ce comportement est récurrent dans l'histoire du peuple d'Israël...

J'aurai l'occasion de revenir la-dessus et de développer un texte sur ce sujet.

En attendant, je t'invite à lire le post intitulé "Jean 8:1-11", je pense qu'il t'intéressera...

Amicalement Smile

Olivier
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Lun 1 Jan - 23:00

.
.

Pourquoi Dieu tolère-t-il l’injustice ?

Dans le récit qu’a cité Helena, transparaissent de terribles injustices.

- Juda couche avec la première venue, alors que la relation de sa sœur avec Sichem entraîne la mort de tous les hommes et la déportation de toutes les femmes et des enfants.

- Les frères de Jacob ont la chance de connaître Dieu et pourtant ils se comportent plus mal que les habitants de la ville dirigée par père de Sichem en les trahissant et en cherchant à les exterminer.

- Ruben couche avec Bilha, la concubine de son père Jacob et il ne lui arrive rien.

- Tamar, la belle-fille de Juda est enceinte et Juda propose de la brûler vive (elle est le bébé qu’elle porte), ce qui est sans aucun doute la pire souffrance que l’on puisse infliger à un être humain ; alors qu’il est le père de l’enfant qu’elle porte !

- Les fils de Jacob se débarrassent ensuite de leur plus jeune frère Joseph. Après avoir comploté pour le tuer, ils finissent par le vendre à des marchands Madianites.

- Je rajoute le récit atroce du début de ce post, dans lequel un homme donne sa femme à un groupe d’obsédés sexuels qui abusent d’elle toute la nuit, la laissant à moitié morte et la laissant ramper jusqu’à la porte de la maison dans laquelle son mari dormait. Au petit matin, celui-ci la dépèce en morceaux !! Et rappelons que Lot, neveu d’Abraham avait proposé la même chose pour ses propres filles !!
Non, on ne parle pas de films d’horreur. C’est pire, cela s’est passé pour de vrai !

Dans ces récits, on croit atteindre le summum de la cruauté et de l’injustice. Il ne faut pas avoir peur de dire les choses telles qu’elles sont. Le comportement des fils de Jacob, ancêtre de Jésus est abominable. Inutile de chercher à tirer une leçon de comportement pour les filles trop imprudentes comme s’en souvient Helena.

Le comportement de Lot est détestable et lâche. Comment de telles choses sont-elles possibles ? Comment des choses presque impossibles à lire sans ressentir un profond dégoût et une grande colère peuvent-elles être écrites dans la Bible, le Livre de Dieu ?
Dieu n’est-il pas un Dieu de Justice, de compassion, d’Amour, de bonté….etc. ?

Y a-t-il une loi pour les hommes et une loi pour les femmes ? La femme est-elle inférieure à l’homme, vaut-elle moins qu’un homme ?
L’homme a-t-il le droit de coucher avec qui il veut ? La femme est –elle soumise à l’autorité totale du père puis du mari ? Quels sont ses droits ?

Malheureusement, il existe encore d’autres récits difficiles à lire qui risquent de choquer les lecteurs et lectrices. Et j’imagine aisément la réaction d’Helena.

Il me semble qu’il est primordial d’obtenir des réponses à ces questions qui bouleversent et qui réclament justice. C’est ce que je vais tenter de faire sur plusieurs parties. Ce sujet est très délicat et empêche de nombreuses personnes de s’approcher de Dieu à cause de l’image négative qui est donnée dans ces récits atroces.

Olivier


Dernière édition par Admin le Dim 7 Jan - 15:41, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Ven 5 Jan - 10:42

.
.

Pourquoi des récits relatant des évènements terribles et des choses horribles sont-ils contenus dans la Bible, la parole de Dieu ?

Vous en conviendrez avec moi, certainement pas pour nous servir d’exemple ! (Ou en tout cas des exemples à ne surtout pas suivre!!).

La présence de récits qui sont aussi odieux démontre que rien n’a été ôté du récit historique réel du peuple d’Israël. Ce qui aurait certainement été le cas si on avait voulu donner une image sainte et glorieuse du peuple élu.
La réalité est tout autre. Cela va dans le sens de l’authenticité du texte biblique.

On peut aussi se demander comment le peuple d’Israël qui était le peuple de Dieu sur la Terre a-t-il pu se livrer à de telles atrocités ?
Tout d’abord, disons que tous les Israélites ne se sont pas livrés à de mauvaises actions : Citons le cas d’Abel, de Joseph, de Moïse qui ont montré leur courage et leur fidélité à Dieu.
Ensuite, la Bible n’a jamais prétendu que la nation d’Israël s’est toujours bien comportée. En effet, Jésus lui-même a déclaré en Luc 13 : 34-35 : « 34 Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu! 35 Voici, votre habitation va vous rester déserte, et je vous dis en vérité, que vous ne me verrez plus jusqu'à ce que vous disiez: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. »

Au cours de l’histoire d’Israël et de Juda, presqu’aucun roi n’a fait la volonté de Dieu. Certains, comme Manassé et Achab ont commis de nombreuses atrocités qu’il serait difficile de décrire.
Comment expliquer cela ?
L’histoire du peuple hébreu relatée dans la Bible est riche d’enseignements. En effet, cela démontre que la connaissance du vrai Dieu n’empêche pas les gens d’agir comme ils ont envie d’agir.
A cette époque de guerres de conquête, la domination, la dictature, la violence et la guerre étaient la règle. Il est donc difficile avec nos principes d’aujourd’hui, nos aspirations à la liberté, l’égalité, la fraternité… d’accepter ce qui se passait à cette époque même au sein du peuple d’Israël.

Mais revenons plus précisément au sort des femmes.
Pourquoi sont-elles si peu considérées, pourquoi restent-elles dans l’ombre masculine, pourquoi la loi semble être plus sévère pour elles que pour les hommes ?

Nous vivons en l’an 2018. Des progrès technologiques incroyables ont été réalisés. Des révolutions et des manifestations ont permis d’obtenir davantage de liberté, de droits et de justice. Et pourtant, quel est le constat ? Il y a toujours de la discrimination, de l’injustice, de la maltraitance pour les femmes… Il y a toujours des femmes battues, humiliées, violées, harcelées et manipulées…. Il y a toujours des femmes qui meurent sous les coups de leur compagnon, des femmes mariées de force, des femmes qu’on empêche d’étudier et d’exercer le métier qui les épanouirait…

Ce constat concerne le monde entier, mais même la France, pays des droits de l’homme, n’est pas épargnée non plus… D’après le secrétariat d’état chargé de l’égalité entre les hommes et les femmes, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint, 225 000 femmes ont été victimes de violences (physiques ou sexuelles) par leur conjoint, 93 000 femmes ont été victimes de viols ou tentatives de viol.
Je ne parlerai pas ici de pays comme l’Inde ou l’Arabie Saoudite où le sort des femmes nous laisserait un sentiment de dégoût terrible…

Je ne dirai que quelques mots sur la Chine car les informations en ont parlé hier au journal de 20 heures : Il y aura bientôt 1 homme sur 5 qui ne trouvera pas de conjoint à cause du déficit du nombre de femmes. La Chine comptait en 2005 un excédent de plus de 32 millions de garçons de moins de 20 ans par rapport à la population féminine du même âge, conséquence des avortements sélectifs visant les fœtus de sexe féminin, liés à la politique de limitation des naissances.

Comment expliquer tout cela ?

Pourquoi la femme, qui devrait être aimée et protégée est-elle si accablée de violences et d’injustices ?

La raison en est l’égoïsme humain, la loi du plus fort, le manque de considération et d’amour, la lâcheté.
Il est tellement plus facile de s’attaquer à quelqu’un de plus faible physiquement et aussi affectivement. Il en est de même quand des enfants sont battus… et même les animaux…

Des tous temps, l’homme a été poussé par l’envie de dominer. L’homme a été associé à la force, au pouvoir (d’ailleurs très peu de pays ont eu un dirigeant « femme » et la France n’en n’a jamais eu). La Bible nous dit  « Tout cela, je l'ai vu et j'ai prêté attention à tout ce qui se fait sous le soleil. C'est un temps où l'homme domine sur l'homme (et la femme) pour le rendre malheureux. » Ecclésiaste 8 :9.

Le rôle de la femme du fait de la maternité a été cantonné aux travaux domestiques. Les premières femmes qui ont osé aspirer à un métier ont eu bien du mal à faire leur place. Les premières femmes-médecin, banquières, gérantes, biologistes… ont dû travailler plus dur que les hommes pour obtenir la reconnaissance de leurs compétences. Et souvent pour un salaire inférieur. Et la plupart du temps ce travail s’additionnait à l’autre travail de la maison qui lui restait, on peut le dire au présent, qui lui reste attribué. Au final, elles se retrouvent avec une quantité de travail souvent supérieur à celle de l’homme.

Je voudrais ici apporter une note un positive: pour la première fois, une loi impose vraiment l’égalité des salaires entre hommes et femmes pour une même fonction dans la même entreprise : c’est l’Islande. Et nous sommes en l’an 2018 ! (En France cette loi existe mais n’est pas imposée réellement).

Cela signifie que pendant toute l’histoire de l’humanité, nous nous sommes coupés de la moitié de l’intelligence humaine et des qualités féminines qui équilibrent pourtant parfaitement les qualités masculines.
Cette tendance de l’homme était encore plus évidente dans les temps reculés rythmés par les guerres et les conquêtes. Il s’agissait plus de survivre que de vivre, il s’agissait plus de lutter que de s’amuser.
L’homme avait le rôle de protéger sa famille, et sa famille lui devait respect et obéissance. Il n’était pas rare que les hommes usent de violence pour imposer leur volonté. On ne parlait pas à l’époque de pédagogie positive ou d’écoute active des enfants.

La société de l’époque biblique était patriarcale, ce qui signifie que la famille étendue (enfants, petits-enfants, cousins, frères, sœurs, sans compter tous les serviteurs…) était sous l’autorité d’un patriarche. Citons le cas d’Abraham par exemple, et de Jacob. Chacun avait un rôle bien défini et le rôle de la femme était avant tout de procréer. Il faut le dire honnêtement, oui la principale préoccupation de la femme à cette époque était la procréation. Une femme se sentait complètement vide et inutile si elle ne pouvait tomber enceinte.
Il arrivait parfois, qu’une femme stérile donne sa servante à son mari afin d’avoir des enfants par son intermédiaire. Cela a été le cas de Rachel et de Léa, épouses de Jacob. Il en est résulté que Jacob a eu des enfants de 4 femmes différentes. Le cas des servantes nous ferait pousser des hurlements aux jours d’aujourd’hui n’est-ce pas ? Ces récits indiquent que les mentalités étaient tout autres à l’époque !

Pourquoi seuls les fils sont cités ? Pourquoi les couples préféraient-ils avoir un fils ? Citons les paroles de Léa en Genèse 29 :34 : « Elle tomba encore enceinte et mit au monde un fils, et elle dit: «Cette fois-ci, mon mari s'attachera à moi, car je lui ai donné trois fils.»  Léa pensait que le fait d’accoucher de fils (et non de filles) lui permettrait d’obtenir l’amour de son mari. Cela en dit long sur le point de vue de l’époque (qui existe encore dans certains pays !!).

Pourquoi pensaient-ils cela ? Avoir des fils signifiait : une source de revenus pour la maisonnée. En effet, la femme servait à avoir une descendance, et l’homme permettait de réaliser un travail comme s’occuper de troupeaux et de protéger la maisonnée. Egalement, d’après la loi mosaïque, seul le fils aîné héritait de tout. Cela peut en effet sembler injuste, mais cela permettait de ne pas réduire les acquisitions matérielles de la famille en les divisant par autant d’enfants.
Les mentalités ont la vie dure et encore aujourd’hui il est difficile de sortir des clichés homme/femme.

Que pense Dieu de tout cela ?
Je développerai une autre partie consacrée à Dieu et la femme.

Olivier
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Helena le Ven 5 Jan - 15:51

.
Merci pour ces constats qui sont malheureusement réels. La souffrance de nombreuses victimes innocentes de la violence crie chaque jour à l'aide, mais elle n'est pas toujours entendue...

Juste pour citer quelques mots sur l'Inde, j'ai été choquée d'apprendre que chaque année de très nombreuses femmes sont assassinées par leur belle-famille (chez qui elles vont vivre après leur mariage et à laquelle elles doivent une obéissance totale).

Dans ce pays, les saris amples "peuvent" prendre feu à tout instant au contact des fourneaux! Ces meurtres sont souvent maquillés en accidents de cuisine. La pratique est si courante qu’on lui a associée un terme : les « saris brûlés ». Selon Amnesty International, près de 100 femmes en sont victimes chaque semaine en Inde. Les médecins du service des grands brûlés estiment que ces assassinats par le feu surviennent dans les cinq années qui suivent le mariage. Une fois veufs, les hommes peuvent prétendre à une autre épouse et, surtout, à une nouvelle dot.

Merci Olivier pour ne pas minimiser la réalité de la souffrance qui atteint les femmes, et encore à notre époque...

Helena
avatar
Helena

Messages : 40
Date d'inscription : 28/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Ven 5 Jan - 18:13

.
.

Dieu et la condition de la femme

Je ne vais aborder dans ce post, que le récit du jardin d’Eden et sa signification.

Revenons au début de l’histoire de l’humanité tel que le décrit la Bible avec le récit de la Genèse.
En Genèse 3 : 1-19 : « 1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: «Dieu a-t-il vraiment dit: 'Vous ne mangerez aucun des fruits des arbres du jardin'?» 2 La femme répondit au serpent: «Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3 Cependant, en ce qui concerne le fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: 'Vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas, sinon vous mourrez.'» 4 Le serpent dit alors à la femme: «Vous ne mourrez absolument pas, 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme Dieu: vous connaîtrez le bien et le mal.»
6 La femme vit que l'arbre était porteur de fruits bons à manger, agréable à regarder et précieux pour ouvrir l'intelligence. Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea.
7 Leurs yeux à tous les deux s'ouvrirent, et ils prirent conscience qu'ils étaient nus. Ils attachèrent des feuilles de figuier ensemble et s'en firent des ceintures. 8 Quand ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu en train de parcourir le jardin vers le soir, l'homme et sa femme se cachèrent loin de l'Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin.
9 Cependant, l'Eternel Dieu appela l'homme et lui dit: «Où es-tu?» 10 Il répondit: «J'ai entendu ta voix dans le jardin et j'ai eu peur, parce que j'étais nu. Alors je me suis caché.» 11 L'Eternel Dieu dit: «Qui t'a révélé que tu étais nu? Est-ce que tu as mangé du fruit de l'arbre dont je t'avais interdit de manger?» 12 L'homme répondit: «C'est la femme que tu as mise à mes côtés qui m'a donné de ce fruit, et j'en ai mangé.» 13 L'Eternel Dieu dit à la femme: «Pourquoi as-tu fait cela?» La femme répondit: «Le serpent m'a trompée et j'en ai mangé.»
14 L'Eternel Dieu dit au serpent: «Puisque tu as fait cela, tu seras maudit parmi tout le bétail et tous les animaux sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15 Je mettrai l'hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance: celle-ci t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon.» 16 Il dit à la femme: «J'augmenterai la souffrance de tes grossesses. C'est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi.» 17 Il dit à l'homme: «Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t'avais donné cet ordre: 'Tu n'en mangeras pas', le sol est maudit à cause de toi. C'est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.18 Il te produira des ronces et des chardons, et tu mangeras de l'herbe des champs. 19 C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, et ce jusqu'à ce que tu retournes à la terre, puisque c'est d'elle que tu as été tiré. Oui, tu es poussière et tu retourneras à la poussière


Dans le récit du jardin d’Eden, la femme se fait berner par un serpent qui réussit à la convaincre de manger du fruit de l’arbre défendu. Il en résulte une condamnation : elle souffrira en mettant ses enfants au monde et elle sera dominée par son mari.
Ce récit a été utilisé plus tard pour justifier les injustices subies par la femme et aussi le fait que la femme doit être soumise à l’homme.

Nous retrouvons d’ailleurs les paroles de Paul dans sa lettre à Timothée:
1 Timothée 2 :11-15 : « 11 Que la femme s'instruise paisiblement, dans une entière soumission. 12 Je ne lui permets pas d'enseigner et de dominer sur l'homme, mais je lui demande de garder une attitude paisible. 13 En effet, Adam a été formé le premier, Eve ensuite. 14 Et Adam n'a pas été trompé, alors que la femme, trompée, s'est rendue coupable d'une transgression. 15 Cependant, elle sera sauvée à travers sa descendance si elle persévère avec simplicité dans la foi, l'amour et la progression dans la sainteté. »

2 Corinthiens 11 :3 : « Cependant, de même que le serpent a trompé Eve par sa ruse, j'ai peur que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité [et de la pureté] vis-à-vis de Christ. »

Ces paroles sont très dures à l’égard des femmes et justifient une situation d’infériorité… Nous reviendrons sur ces paroles un peu plus tard dans le développement de ce thème.

Revenons au jardin d’Eden, il est intéressant de noter la réaction d’Adam quand Dieu lui demande « Est-ce que tu as mangé du fruit de l'arbre dont je t'avais interdit de manger? ». Il répond « très courageusement » : «C'est la femme que tu as mise à mes côtés qui m'a donné de ce fruit, et j'en ai mangé
Nous remarquons ici la lâcheté d’Adam qui se déresponsabilise complètement en rejetant la faute sur sa femme.

Quel est le sens de ce récit ? S’est-il réellement déroulé comme nous venons de le lire ? NON.

Comment cela ? Les serpents qui parlent n’existent que dans les contes, pas dans la réalité, n’est-ce pas ?

Il s’agit ici d’une allégorie. L’allégorie permet de représenter une idée abstraite. On peut ainsi représenter la justice ou la mort sous les traits d’une personne (comme le 4ème cavalier de l’Apocalypse qui représente la maladie et la mort).

Dans le jardin d’Eden, nous retrouvons de nombreux symboles.
- Le jardin d’Eden.
- L’arbre de la connaissance du bien et de mal.
- L’arbre de vie.
- Le serpent.
- Adam et Eve chassés du jardin d’Eden.
- Les condamnations de Dieu à l’égard d’Adam et Eve.
- La première prophétie de la Bible.  

Reprenons un à un chacun de ces points afin de les expliquer.

Le jardin d’Eden : C’est la Terre. Des esprits ont été incarnés dans des humains évolués déjà présents sur Terre. Ils choisissent d’être éprouvés par les difficultés liées à la vie terrestre afin de cultiver de belles qualités et de progresser dans leur purification pour ensuite se rapprocher de Dieu.

L’arbre de la connaissance du bien et du mal : C’est la décision de connaître les troubles et les difficultés des êtres humains, y compris la mort. Cette décision est prise en connaissance de cause.

L’arbre de vie : la possibilité d’obtenir la vie éternelle un jour.

Le serpent : C’est le mal. C’est- à dire tout ce qui éloigne les gens de Dieu. C’est-à-dire : la souffrance, l’immoralité, le matérialisme, le spiritisme et la fausse religion. Ce mal est sous le contrôle de Satan depuis qu’il a été chassé des cieux.

Adam et Eve chassés du paradis : c’est un changement de condition. Les esprits sont devenus mortels, connaissent la souffrance physique, la domination, l’injustice…

Les condamnations de Dieu à l’égard d’Adam et Eve : Les esprits ou anges avaient été prévenus. Ils savaient que s’ils acceptaient d’être incarnés en humains, ils connaîtraient la mort. En les chassant du paradis, Dieu a condamné la femme à la douleur de la mise au monde de ses enfants. Cela existait déjà chez les humains avant même l’incarnation des esprits. L’esprit qui s’incarnait en femme savait qu’il allait souffrir à chaque fois qu’il donnerait naissance à un enfant. Il savait aussi qu’il allait être dominé par l’homme comme c’était déjà le cas depuis la préhistoire.
En réalité, il ne s’agit pas d’une condamnation directe de Dieu. Le fait est que depuis la préhistoire, nos ancêtres agissaient de manière à dominer les plus faibles, les femmes souffraient déjà de la mise au monde et de la domination masculine. On peut dire que ces comportements sont primitifs, bestiaux, sauvages…
L’humanité devait évoluer vers des comportements plus civilisés, plus humains, plus sensibles à la justice, à la liberté…

La première prophétie de la Bible : Genèse 3 :15 : « Je mettrai l'hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance: celle-ci t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon. »

Dieu s’adresse ici au serpent qui représente le mal comme on l’a vu. La femme dont il est question ici n’est pas Eve, il s’agit de la femme spirituelle de Dieu : l’organisation spirituelle constituée des anges libres et incarnés qui lui sont fidèles. Une inimitié doit s’établir entre le mal qui est sous le contrôle de Satan et ses démons et les fidèles serviteurs de Dieu qui sont sous le contrôle de Dieu.
Le talon blessé symbolise la mort de Jésus et la tête écrasée symbolise la destruction de Satan à la fin du règne millénaire.

Essayons de comprendre le sens global du récit qui se déroule dans le jardin d’Eden :
Les esprits ou anges dans les cieux doivent progresser en pureté afin de se rapprocher de leur Créateur Jéhovah Dieu. Pour cela, ils choisissent de vivre sur Terre où les difficultés liées à la nature humaine imparfaite leur permet de s’améliorer et de cultiver certaines qualités comme l’amour, la persévérance, l’endurance, le courage, la solidarité…
La femme, par nature peut subir plus de difficultés et de souffrances que ses compagnons masculins. Même si ce n’est pas une règle car en temps de guerre par exemple, c’est parfois le contraire…
Le résultat est l’acquisition de connaissances, de savoirs, d’expériences qui vont permettre de progresser dans la purification.

D’après la première prophétie, Il y aurait une hostilité entre le mal et l’impureté accentué après la rébellion de Satan et le bien et la pureté des fidèles serviteurs de Dieu.
On peut se demander : est-ce que cela signifie que la rébellion de Satan était prévue dès le départ de l’humanité ? Oui. Dieu savait que des esprits finiraient par se rebeller pour se rendre maîtres du monde dans lequel il envoyait ses esprits. Probablement ne connaissait-il pas encore le nom de celui qui allait le trahir. Cela nous rappelle la trahison de Jésus par Judas Iscariote qui était prophétisée bien avant même la naissance du traitre en question. A l’époque du jardin d’Eden, Satan ne s’était pas encore rebellé (un argument de plus indiquant que le serpent est une allégorie). Il se rebellera plus tard, peu avant le déluge, entraînant avec lui le tiers des anges ou esprits.
Apocalypse 12 :4 : « 4 Sa queue entraîna le tiers des étoiles du ciel et les jeta sur la terre. Le dragon se plaça devant la femme qui allait accoucher, afin de dévorer son enfant dès qu'il serait né. »

Ainsi Dieu savait que le mal serait aux mains d’un ou d’esprits puissants qu’il faudra mettre hors d’état de nuire en leur écrasant symboliquement la tête.

Mais cette prophétie a de ceci remarquable, c’est que dès le début de l’humanité, Dieu savait que les humains seraient incapables de parvenir par leurs seules actions à la perfection. Dès le début, Dieu avait prévu le moyen qui permettrait de racheter les imperfections et les erreurs humaines : Jésus-Christ et le rachat grâce à son sang parfait.

Mais, si la femme et le serpent sont des allégories pourquoi l’apôtre Paul fait-il allusion à ce récit pour justifier la position de soumission de la femme ?

On rappelle le verset concerné :
1 Timothée 2 :11-15 : « 11 Que la femme s'instruise paisiblement, dans une entière soumission. 12 Je ne lui permets pas d'enseigner et de dominer sur l'homme, mais je lui demande de garder une attitude paisible. 13 En effet, Adam a été formé le premier, Eve ensuite. 14 Et Adam n'a pas été trompé, alors que la femme, trompée, s'est rendue coupable d'une transgression. 15 Cependant, elle sera sauvée à travers sa descendance si elle persévère avec simplicité dans la foi, l'amour et la progression dans la sainteté. »

Il est dit ici que c’est la femme qui a été trompée comme s’il s’agissait d’une femme réelle qui a été trompée et qui a entraîné l’humanité entière dans le chaos. Quelle responsabilité pour Eve ! Et par extension quel sentiment de culpabilité n’a-t-on pas infligé à l’ensemble des femmes !

On peut se demander : Dieu aurait-il été juste si tous les humains seraient condamnés à la mort, à la maladie et la souffrance juste parce qu’une personne a été trompée ?
Mais alors que signifient les paroles de Paul ?

Le verset 13 nous dit « Adam a été formé le premier et Eve ensuite ». Est-il raisonnable de penser que Dieu a réellement prélevé une côte de l’homme et a bâti Eve à partir de cette côte ? Bien sûr que non.

Adam représente Jésus-Christ, c’est lui qui a été formé le premier. Il est le premier-né de la création. Colossiens 1 :15 : «Le Fils est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. »

Eve représente la femme de Dieu : son organisation spirituelle. Elle a été trompée le jour où de nombreux anges ont suivi Satan le Diable.

Mais la femme de Jésus n’est-elle pas les membres de son Royaume et n’est-elle pas symbolisée par Eve ? Pas dans le récit de la Genèse.
La femme est bien l’organisation spirituelle de Dieu, elle aura comme descendance Jésus-Christ qui écrasera la tête du serpent.

Ainsi, Adam représente Jésus qui a été créé avant toute créature spirituelle. Eve représente l’organisation spirituelle de Dieu. C’est elle qui a été trompée par le serpent : Satan le Diable.
C’est la raison pour laquelle il est écrit qu’Adam n’a pas été trompé. En effet, s’il s’agissait d’Adam humain, il est évident qu’il aurait été trompé puisqu’il a mangé du fruit de l’arbre défendu !
Jésus, représenté par Adam ici, n’a jamais été trompé !

La femme, organisation spirituelle de Jéhovah, oui. Elle a été trompée et un tiers des anges se sont rebellés contre Dieu.
Il est dit plus loin : « Cependant, elle sera sauvée à travers sa descendance si elle persévère avec simplicité dans la foi, l'amour et la progression dans la sainteté. »

Il est évident que ce verset ne s’applique pas à la femme en général. Ce serait, en effet, un verset cruel qui déclarerait que la femme sera peut-être sauvée à certaines conditions à cause de la rébellion de la première femme Eve !!
Suivons notre logique, la femme, organisation spirituelle de Dieu sera sauvé à travers sa descendance qui n’est autre que Jésus-Christ !
Il faudra que les membres de cette femme, qu’ils soient humains ou esprits, suivent la voie de la foi, de l’amour et progressent dans la sainteté.

Il y a cependant une application pour la femme qui est la suivante :

Dans le système théocratique de la congrégation primitive, l’église représente l’épouse du Christ. A l’exemple de Jésus, l’homme doit prendre soin de son épouse et celle-ci lui est soumise d’un point de vue spirituel. Cela ne signifie en rien une obéissance à la manière des enfants qui obéissent à leurs parents, cela ne signifie pas non plus que la femme n’a pas le droit de dire « non » quand quelque chose est en désaccord avec sa conscience ou sa façon de voir les choses !
Trop de femmes ont été étouffées par la mauvaise utilisation de certains versets de la Bible !!
L’apôtre Paul demande aux femmes de ne pas enseigner et de ne pas dominer sur l’homme. Il demande aux hommes de prendre leurs responsabilités spirituelles car ils devront rendre des comptes à Dieu pour l’état spirituel des membres de leur famille. Egalement, dans les églises, l’apôtre Paul demande aux femmes de s’instruire bien évidemment mais de ne pas être des enseignantes à la manière des prêtres dans les églises. C’est tout.
Si l’on résume : Dieu a confié la responsabilité spirituelle (et matérielle) aux hommes. Il n’y a aucune notion d’infériorité due à une ancienne condamnation de la femme !!

Il est urgent de revoir la façon dont nous utilisons les versets car cela peut engendrer une injustice ! Rappelons-nous que chez Dieu il n’y a pas d’injustice ! 2 chroniques 19 : 7 : « Maintenant, que la crainte de l'Eternel soit sur vous. Veillez sur vos actes, car il n'y a chez l'Eternel, notre Dieu, ni injustice, ni favoritisme, ni acceptation de pots-de-vin. »

Olivier


Dernière édition par Admin le Dim 7 Jan - 15:44, édité 2 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Helena le Dim 7 Jan - 15:39

Bonjour Olivier

Un souffle de liberté et de justice se dégage de ton développement !!!  cheers  sunny

Puisque tout le monde accepte que la femme dans la prophétie de Genèse 3:15 soit une femme symbolique, spirituelle, pourquoi ne serait-ce pas le cas aussi de la femme citée en 1 Timothée 2: 11-15 qui reprend le récit du jardin d'Eden ?
En effet, il est bien dit qu'Adam n'a jamais péché (il s'agit donc de Jésus), il a été créé le premier,  et que la femme sera sauvée à travers sa descendance, mais oui: sa descendance qui n'est autre que Jésus, le sauveur!

Et pourquoi toutes les femmes de la Terre devraient-elles payer pour la faute d'une seule, où est la justice en effet!

Et dire que l'on a justifié certains traitements vis à vis des femmes à cause de ce verset utilisé pour les culpabiliser, utilisé pour nous rabaisser au rang de coupable devant subir la sanction qui nous est réservée...  Evil or Very Mad

Merci encore !!

Helena
avatar
Helena

Messages : 40
Date d'inscription : 28/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Maxime le Dim 7 Jan - 18:49

Il n'est pas question de justice ou d'injustice. Le péché est un héritage, c'est une transmission naturelle dans la chair.
avatar
Maxime

Messages : 43
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Lun 8 Jan - 8:11

L'injustice consiste ici à culpabiliser la femme par rapport à l'homme. Et cela va plus loin, à culpabiliser les femmes par rapport aux hommes...
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Dim 11 Fév - 22:11

L
M

La loi mosaïque

La loi mosaïque est la loi que Dieu a transmise au peuple d’Israël par l’intermédiaire de Moïse, en 1513 – 1512 av J-C. Cette loi est constituée d’un peu plus de 600 prescriptions très précises et souvent très strictes.

Les Israélites étaient tenus d’obéir à la Loi, ils pouvaient être lourdement sanctionnés en cas d’infraction aux règles. La sanction était parfois la peine de mort.

Beaucoup de choses sont considérées comme impures dans la loi mosaïque. Il est important de bien définir ce mot avant de poursuivre sur les lois concernant les femmes.

Dans la loi mosaïque, que signifie concrètement « être impur» ?

Le mot « impur » désignait quelque chose ou quelqu’un qu’il ne fallait pas toucher ou quelque chose qu’on ne devait pas utiliser.

♠ Ce mot « impur » est employé pour les cadavres d’humains ou d’animaux.

Nombres 19 :11, 22 : « 11 Si quelqu'un touche un cadavre, celui d'un être humain quel qu'il soit, il sera impur pendant 7 jours.  22 Tout ce que touchera la personne impure sera impur et, si quelqu'un la touche, il sera impur jusqu'au soir.»

Lévitique 5 : 2 : « 2 Lorsque quelqu'un, sans y prêter attention, touchera une chose impure comme le cadavre d'un animal impur, que ce soit d'une bête sauvage ou domestique ou bien d'un reptile, il deviendra lui-même impur et il se rendra coupable. »


Toucher un cadavre entraînait une impureté de 7 jours. Tout ce qui était en contact avec celui qui a touché le cadavre devenait impur à son tour.
Cela limitait la transmission des maladies et maintenait une bonne hygiène.

♠ Le mot « impur » est employé pour les maladies :

Les chapitres 13 et 14 du livre du Lévitique détaillent l’observation des maladies de peau par les prêtres qui selon les circonstances déclarent l’individu impur ou pas.

Lévitique 13 : 8 : « Le prêtre l'examinera. Si la dartre (petite plaque de peau sèche) s'est étendue sur la peau, il le déclarera impur. C'est la lèpre. »

Lévitique 13 : 15 : «  Lorsque le prêtre aura vu la chair vive, il le déclarera impur. La chair vive est impure, c'est la lèpre. »

Lévitique 13 :  36 : « Et si la teigne (mycose du cuir chevelu) s'est étendue sur la peau, le prêtre n'aura pas à rechercher s'il y a du poil jaunâtre: l'homme est impur. »

Lévitique 14 : 54 : « Telle est la loi pour toute plaie de lèpre et pour la teigne, 55 pour la lèpre des vêtements et des maisons, 56 pour les grosseurs, les dartres et les taches: 57 elle enseigne quand une chose est impure et quand elle est pure. Telle est la loi sur la lèpre. »


Le fait de déclarer quelqu’un « impur » le mettait à distance des autres personnes et évitait la contagion. Dès que la plaie guérissait, le prêtre le déclarait « pur », il était considéré comme guéri et pouvait reprendre une vie normale.

♠ Le chapitre 15 est surtout consacré aux écoulements humains.

● La blennorragie, maladie sexuellement transmissible, rendait l’individu impur.

Lévitique 15 : 2-15 : « 2 Transmettez ces instructions aux Israélites: Tout homme qui a une blennorragie est par là même impur. 3 Il est impur à cause de sa blennorragie. Que son corps laisse couler l'écoulement ou le retienne, il est impur. 4 Tout lit sur lequel il couchera sera impur et tout objet sur lequel il s'assiéra sera impur. 5 Si quelqu'un touche son lit, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 6 Si quelqu'un s'assied sur l'objet sur lequel lui-même s'est assis, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 7 Si quelqu'un touche son corps, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 8 S'il crache sur un homme pur, cet homme lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir.9 Toute selle sur laquelle il voyagera sera impure. 10 Si quelqu'un touche un objet qui a été sous lui, il sera impur jusqu'au soir et, si quelqu'un porte un tel objet, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 11 S'il touche quelqu'un sans s'être lavé les mains dans l'eau, cette personne lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impure jusqu'au soir. 12 Tout vase de terre qu'il touchera sera brisé et tout vase de bois sera lavé dans l'eau. 13 Lorsqu'il sera purifié de son écoulement, il comptera encore 7 jours pour sa purification, puis il lavera ses vêtements, lavera son corps avec de l'eau vive et il sera pur. 14 Le huitième jour, il prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, ira devant l'Eternel à l'entrée de la tente de la rencontre et les donnera au prêtre. 15Le prêtre les offrira, l'un en sacrifice d'expiation et l'autre en holocauste. Il fera l'expiation pour lui devant l'Eternel à cause de son écoulement. »

Celui qui est atteint de blennorragie est impur pendant tout le temps que dure son écoulement. Puis il comptera encore 7 jours pour sa purification. Et au 8ème jour, il devra offrir 2 pigeons ou 2 tourterelles en sacrifice d’expiation.
Cela évitait la propagation de la maladie et protégeait aussi le conjoint qui ne devait avoir aucun contact physique avec la personne atteinte de la maladie.

● En cas d’éjaculation de l’homme, celui-ci était impur jusqu’au soir.

Lévitique 15 : 16-18 : « 16 L'homme qui aura une éjaculation lavera tout son corps dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 17 On lavera dans l'eau tout vêtement et tout cuir touchés par le sperme, et ils seront impurs jusqu'au soir. 18 Si une femme a couché avec un tel homme, ils se laveront tous les deux et seront impurs jusqu'au soir."

Tout homme qui avait eu une éjaculation soit nocturne, soit pendant un rapport sexuel, devait se laver et rester impur jusqu’au soir. Pour quelle raison, lui et sa femme, étaient-ils déclarés impurs s’ils n’avaient rien fait de mal et s’ils n’étaient pas atteints d’une maladie particulière ?

Ce n’est pas l’acte sexuel qui était condamné car c’est un plaisir que Dieu accorde aux couples mariés et qui constitue un lien d’attraction dans leur union.
En fait, tout écoulement provenant du corps humain est considéré comme susceptible de provoquer des soucis d’hygiène voire de santé puisque les fluides sont des milieux riches favorisant le développement des germes dont certains peuvent être pathogènes (nocifs pour la santé).
Après n’importe quel écoulement, il fallait se laver et laver ses vêtements.
L’hygiène était prise très au sérieux au sein du peuple d’Israël. Cela leur a évité de nombreuses épidémies et de nombreuses maladies.

♠ Certains animaux étaient considérés comme impurs et il était interdit de les manger.

Le chapitre 11 du livre du Lévitique est consacré aux animaux considérés comme impurs.

Lévitique 11 : 2 - 47 : « Ainsi, vous ne mangerez pas le chameau, qui rumine mais n'a pas le sabot fendu; vous le considérerez comme impur. 5 Vous ne mangerez pas le daman, qui rumine mais n'a pas le sabot fendu; vous le considérerez comme impur. 6 Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine mais n'a pas le sabot fendu; vous le considérerez comme impur. 7 Vous ne mangerez pas le porc, qui a le sabot fendu, le pied fourchu mais ne rumine pas; vous le considérerez comme impur. 8 Vous ne mangerez pas leur viande et ne toucherez pas leur cadavre; vous les considérerez comme impurs.
13 Voici, parmi les oiseaux, ceux que vous considérerez comme abominables et dont on ne mangera pas: l'aigle, l'orfraie, l'aigle de mer, 14 le milan, les diverses espèces de vautours, 15 toutes les espèces de corbeaux, 16 l'autruche, le hibou, la mouette, les diverses espèces d'éperviers, 17 le chat-huant, le plongeon, la chouette, 18 le cygne, le pélican, le cormoran, 19 la cigogne, les diverses espèces de hérons, la huppe et la chauve-souris.
»

La raison principale à ces interdictions alimentaires est le fait que le sang de l’animal consommé devait d’abord être versé en offrande à Dieu. Les animaux devaient être abattus rituellement en versant le sang et en aspergeant l’autel et en brûlant la graisse.
Seul le sang de certains animaux était accepté par Dieu.

Lévitique 17 : 2-6 : « 5 Ainsi, au lieu de faire leurs sacrifices en pleine campagne, les Israélites amèneront les victimes de leurs sacrifices au prêtre, à l'entrée de la tente de la Rencontre, pour l'Eternel, et ils les offriront en sacrifice de communion à l'Eternel. 6 Le prêtre aspergera du sang de ce sacrifice l'autel de l'Eternel, à l'entrée de la tente de la Rencontre, et il brûlera la graisse dont l'odeur apaisera l'Eternel. »

Quels animaux pouvaient-ils manger et pourquoi ?

Deutéronome 14 : 4-6 : « 4 Voici les animaux que vous pourrez manger: le boeuf, la brebis et la chèvre; 5 le cerf, la gazelle et le daim; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe. 6 Vous pourrez manger de tout animal qui a le sabot fendu ou le pied fourchu et qui rumine.» Segond 21

En fait, en ce qui concerne les mammifères, si on fait abstraction de la girafe, il s’agit uniquement de bovidés (bœuf, taureau, brebis, chèvre, bouquetin, gazelle…) et de cervidés (cerf, daim, chevreuil…).

On peut remarquer que tous ces animaux sont herbivores, ils ne chassent pas de proies afin de se nourrir.

Le sang de ces animaux préfigure le sang de Jésus (l’agneau de Dieu) qui allait être versé plus tard en sacrifice pour tous les humains.

Seuls les bovidés et les cervidés sont considérés comme dignes d’être offerts au grand Créateur de l’Univers en raison de leur valeur sacrificielle. En effet, celui qui offrait une chèvre, un bœuf, un cerf… en parfaite santé, faisait un véritable sacrifice car il se privait d’une source de nourriture (viande, lait, fromage), de laine, de peau de bête, de muscles pour le travail des champs (bœufs), …

Cela ne signifiait pas que les autres espèces animales devaient être méprisées ou maltraitées !
Il nous faut respecter toute la création de Dieu et en prendre soin car nous sommes tous dépendants les uns des autres dans un équilibre fragile qu’il est important de maintenir. Même les insectes jouent un rôle important et nous l’ignorons bien souvent !

Ici, l’expression « impur » signifiait en fait « non agréé par Dieu comme valeur sacrificielle ».

Que signifie l’expression « impur » ?

- Dangereux car en pleine décomposition donc peut-être déjà infesté de germes  (cadavres) ;
- Contagieux (pour certaines maladies comme la lèpre, la blennorragie…) ;
- Respect des normes sanitaires car susceptible de constituer un milieu favorisant le développement des germes (écoulements humains comme le sperme) ;
- Non adapté pour l’utilisation qui est faite - seul le sang de certains animaux était agréé par Dieu, donc seuls ces animaux pouvaient être mangés (on ne parle pas des poissons)- les animaux dits impurs pouvaient néanmoins être touchés, dans ce cas précis ils sont seulement impurs pour la consommation et les sacrifices à Dieu.

Le mot « impur » ne signifiait donc pas forcément « pestiféré » ou « sale ». Il pouvait aussi signifier « sous surveillance médicale» ou « soumis aux normes sanitaires » ou « non consommable » ou « non agréé pour un symbole »…

Olivier


Dernière édition par Admin le Mer 14 Fév - 7:02, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Lun 12 Fév - 22:28

G
P

La loi mosaïque et les règles ou menstruations.

Les règles ou menstruations ou flux menstruel, sont un écoulement sanguin en provenance de l'utérus qui se produit régulièrement. Le sang qui s'écoule provient de la muqueuse utérine.

Pourquoi une femme a-t-elle ces menstruations ?

Chaque mois à partir de la puberté, l’utérus se prépare à accueillir un œuf, résultat de la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde. Pour cela, il prépare un « nid douillet » en fabriquant davantage de muqueuse utérine appelé endomètre.
A la fin de chaque cycle, si la rencontre n’a pas eu lieu, l’utérus élimine cet endomètre qui ne sert plus. Cela provoque un saignement vaginal qui dure généralement  de 3 à 7 jours selon les femmes. C’est ce qu’on appelle les règles.
Ce cycle se répète chaque mois tant qu’il n’y a pas de grossesse : l’utérus prépare une nouvelle muqueuse pouvant accueillir un ovule fécondé et élimine cette muqueuse si finalement il n’y a pas de fécondation.

♣️ Quand cela se produit-il ?

Les premières règles apparaissent avec la puberté, généralement entre 10 et 16 ans.
Le début d’un cycle menstruel est marqué par le 1er jour des règles et se termine le 1er jour des règles suivantes.
Il peut y avoir autant de cycles qu'il y a de femmes. On considère que le cycle peut varier de 20 à 40 jours. Pour un tiers d'entre elles, de 28 jours.
Mais les règles arrivent toujours quatorze jours après l'ovulation.
La durée du saignement est également différente selon les femmes et les mois ; elle est, en moyenne, de 2 à 7 jours.

♣️ Pourquoi est-ce parfois douloureux ?

La muqueuse utérine étant détruite, il faut l’évacuer. Ce sont les muscles de l’utérus (le myomètre) qui s’en chargent. Ils se contractent de manière involontaire, plus ou moins intensément. Ces contractions utérines sont désagréables et peuvent devenir douloureuses.

♣️ Que dit la Bible sur les règles ou menstruations ?

La loi mosaïque en parle dans le livre du Lévitique.

Lévitique 15 : 19-31 : « 19 La femme qui aura un écoulement de sang restera 7 jours dans la souillure de ses règles. Si quelqu'un la touche, il sera impur jusqu'au soir. 20 Tout lit sur lequel elle couchera pendant ses règles sera impur et tout objet sur lequel elle s'assiéra sera impur. 21 Si quelqu'un touche son lit, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 22 Si quelqu'un touche un objet sur lequel elle s'est assise, il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 23 S'il y a quelque chose sur le lit ou l'objet sur lequel elle s'est assise, celui qui y touchera sera impur jusqu'au soir. 24 Si un homme couche avec elle, si la souillure des règles de cette femme vient sur lui, il sera impur pendant 7 jours et tout lit sur lequel il couchera sera impur. 25 La femme qui aura un écoulement de sang pendant plusieurs jours en dehors de ses règles, ou dont les règles dureront plus que d'habitude, sera impure pendant toute la période de son écoulement, comme pendant ses règles. 26 Tout lit sur lequel elle couchera pendant la durée de cet écoulement sera comme le lit de ses règles et tout objet sur lequel elle s'assiéra sera impur comme lors de ses règles. 27 Si quelqu'un les touche, il sera impur. Il lavera ses vêtements, se lavera dans l'eau et sera impur jusqu'au soir. 28 Lorsqu'elle sera purifiée de son écoulement, elle comptera encore 7 jours après lesquels elle sera pure. 29 Le huitième jour, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes pigeons et elle les apportera au prêtre à l'entrée de la tente de la rencontre. 30 Le prêtre offrira l'un en sacrifice d'expiation et l'autre en holocauste, et il fera l'expiation pour elle devant l'Eternel à cause de l'écoulement qui la rendait impure.
31 »Vous éloignerez les Israélites de ce qui les met en état d'impureté, ainsi ils ne mourront pas pour avoir rendu impure mon habitation au milieu d'eux


♣️ Pourquoi a-t-on une sensation de dureté et même de rejet envers la femme ?

Ces versets emploient des expressions très dures qui peuvent choquer à notre époque.

- La femme qui avait ses règles devait rester 7 jours « dans la souillure de ses règles », voire plus si l’écoulement durait plus longtemps que 7 jours.
- Si quelqu’un touchait cette femme ou tout objet sur lequel elle s’était assise, il devenait « impur », il devait laver ses vêtements et rester impur jusqu’au soir.
- Le 8ème jour, la femme devait offrir deux tourterelles ou 2 pigeons « en sacrifice d’expiation à cause de l’écoulement qui la rendait impure ».
- Mais ce n’est que 14 jours après le début de ses règles qu’elle serait enfin déclarée pure !
- Les recommandations en cas de blennorragie (une maladie sexuellement transmissible) sont très semblables à celles pour les règles des femmes !

♣️ Concrètement qu’est-ce que cela signifiait dans sa vie de tous les jours ?

La femme était considérée comme impure pendant 7 jours à partir du premier jour de ses règles. Pendant cette période, elle évitait de toucher les gens, y compris son mari.
Il est important de dire que les relations sexuelles étaient strictement interdites pendant les règles.

Lévitique 20 : 18 : « Si un homme couche avec une femme pendant ses règles, ils seront tous deux retranchés de leur peuple, pour avoir l'un avec l'autre découvert la source de son sang. »

Les relations sexuelles pendant les règles de la femme entraînaient la peine capitale !

♣️ Pour quelle raison avoir des relations sexuelles pendant les règles était si grave ?

Les prescriptions de la Loi concernant les règles ou le flux de sang rappelaient le caractère sacré du sang. En effet, le sang a une valeur symbolique très importante. Les Israélites qui en mangeaient étaient mis à mort car le sang représente la vie et en particulier la vie que Jésus allait donner pour l’humanité en versant son propre sang.
Avoir des relations sexuelles pendant un écoulement de sang constituait un grave manque de respect envers ce symbole.
Si les règles de la femme commençaient pendant une relation sexuelle, le mari devenait à son tour impur pendant 7 jours.

Lévitique 15 : 24 : « Si un homme couche avec elle, si la souillure des règles de cette femme vient sur lui, il sera impur pendant 7 jours et tout lit sur lequel il couchera sera impur. »

♣️ Qu’en est-il des autres aspects de la vie des femmes ?

La femme israélite continuait à s’occuper de sa maison, de ses animaux, de son jardin, de ses diverses activités. Elle continuait de s’occuper de ses enfants et de son mari : elle leur préparait les repas comme d’habitude, elle allaitait le bébé, elle éduquait les enfants, leur parlait, elle participait aux conversations de la maisonnée…

Lévitique 12 :2 : « Transmets ces instructions aux Israélites: Lorsqu'une femme deviendra enceinte et qu'elle mettra au monde un fils, elle sera impure pendant 7 jours. Elle sera impure comme au moment de ses règles. »

Quand une femme accouchait, personne ne la touchait pendant 7 jours. Par contre, il est évident qu’elle devait allaiter son bébé.
Ainsi, au moment de ses règles, une femme pouvait aussi allaiter son bébé !
Mais elle devait éviter de toucher physiquement toute personne, y compris son époux et même ses enfants dans la mesure du possible.
A partir du 8ème jour, la femme pouvait à nouveau toucher qui elle voulait et avoir des relations avec son mari.

♣️ Le livre du Lévitique déclare que ce n’est qu’au 14ème jour qu’elle est déclarée pure, pourquoi ?

Il s’agissait, dans ce cas, d’être pure pour la pratique du culte.
7 jours de plus permettaient d’être sûr de l’absence totale de tout écoulement. Car d’après la Loi, le moindre écoulement, quel qu’il soit, chez la femme ou chez l’homme, rendait la personne impure pour s’approcher du sanctuaire. Cette personne ne devait en aucun cas se rendre au tabernacle, encore appelé « tente de réunion » ou au temple, car ces lieux représentent la présence de Jéhovah Dieu.

♣️ Que penser de la femme qui avait un écoulement de sang depuis 12 ans et qui a touché Jésus ?

Alors que Jésus se rendait chez Jaïrus dont la fillette était mourante, dans la foule, se trouve une femme juive souffrant d’un écoulement de sang depuis 12 longues années. Cette femme avait dépensé tout ce qu’elle avait pour être soignée auprès de nombreux médecins, mais cela n’avait fait qu’aggraver la situation.

Marc 5 : 25, 26 : « 25 Or, il y avait une femme atteinte d'hémorragies depuis 12 ans. 26 Elle avait beaucoup souffert entre les mains de nombreux médecins. Elle avait dépensé tout ce qu'elle possédait mais cela n'avait servi à rien; au contraire, son état avait plutôt empiré. »

En plus de la gêner, cette longue maladie devait certainement très affaiblissante. De plus d’après la loi mosaïque, cette femme était impure et ne devait toucher personne.
Elle essaie alors, le plus discrètement possible, en se faufilant à travers la foule, de toucher le bord du vêtement de Jésus.

Marc 5 : 27- 28 : « 27 Elle entendit parler de Jésus, vint dans la foule par-derrière et toucha son vêtement, 28 car elle se disait: «Même si je ne touche que ses vêtements, je serai guérie.»

Luc 8 : 44 : « 44 S'approchant de lui par-derrière, toucha le bord de son vêtement; et à l'instant, sa perte de sang s'arrêta.
» Ostervald

« 44 Elle s'approcha de Jésus par derrière et toucha la frange de son vêtement. » Semeur

Ce simple contact avec le bord du vêtement de Jésus a suffit pour que le pouvoir de Jésus la guérisse.

Marc 5 : 29-34 : « 29 A l'instant même, son hémorragie s'arrêta, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal. 30 Jésus se rendit aussitôt compte qu'une force était sortie de lui; il se retourna au milieu de la foule et dit: «Qui a touché mes vêtements?» 31 Ses disciples lui dirent: «Tu vois la foule qui te presse et tu dis: 'Qui m'a touché?'» 32 Jésus regardait autour de lui pour voir celle qui avait fait cela. 33 La femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. 34 Alors il lui dit: «Ma fille, ta foi t'a sauvée. Pars dans la paix et sois guérie de ton mal.»

Marc 5 : 34 : « Il lui dit : “ [Ma] fille, ta foi t’a rétablie. Va en paix, et sois guérie de ta pénible maladie. ” (TMN)

Jésus aurait pu lui reprocher de l’avoir touché car la Loi le lui interdisait. Il n’en n’est rien, Jésus, plein de compassion, lui dit affectueusement « Ma fille» et lui dit d’aller en paix maintenant qu’elle était, grâce à sa foi, guérie de sa pénible maladie.

Nous sommes rassurés devant les qualités de celui qui dirigera bientôt la Terre : un roi plein de compassion et d’empathie !

Olivier
P


Dernière édition par Admin le Mer 14 Fév - 7:03, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Helena le Mar 13 Fév - 19:28

Bonsoir Olivier,

Tes développements sont toujours construits de manière logique et argumentée.

Une image m'est venue pendant que je lisais cette interdiction de ne pas toucher une femme qui avait ses règles.

L'image d'un enfant qui se jette dans les bras, ou dans les jupes de sa mère. Que fait-elle alors? Va-t-elle repousser son enfant?

Je me suis aussi demandé, si elle est "impure" a-t-elle le droit de cuisiner, toucher les aliments que vont consommer les membres de sa famille?

Je me suis demandé également, comment les femmes qui avaient leurs règles faisaient-elles pour le signaler aux autres, en particulier à l'entourage le plus proche?

(Je suis bien contente de ne pas être sous la Loi mosaïque!!  Exclamation )

Helena
avatar
Helena

Messages : 40
Date d'inscription : 28/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Admin le Ven 16 Fév - 18:33

Bonjour Helena

Je comprends tout à fait ta pensée. En fait, comme je l'ai dit plus haut, la maman qui venait d'accoucher devait allaiter son bébé est pourtant elle était déclarée "impure".
A une époque où les Israélites n'avaient pas toutes les connaissances médicales que nous avons maintenant, cette loi protégeait la mère et le bébé encore fragilisés par l'accouchement de maladies pouvant être contagieuses.

Cette "impureté" était aussi spirituelle en raison du sang qui était perdu lors de l'accouchement, le sang qui, on le sait, a une valeur symbolique extrêmement importante en raison du sacrifice de Jésus qui était déjà prophétisé.

Comment réagissait une maman dont l'enfant recherchait de l'affection ?

Comme une maman pleine d'amour le faisait avec son bébé quand elle venait d'accoucher.
A l’époque, les enfants en bas-âge étaient allaités parfois pendant plusieurs années et restaient très proches physiquement de leur maman.

Genèse 21 : 8 : « L'enfant grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré. »

Il semblerait que Isaac avait environ 5 ans alors.
La fin de l’allaitement constituait une étape importante dans la vie d’un petit. A l’occasion du sevrage d’Isaac, Abraham avait organisé un festin.

Au moment de son sevrage, Samuel était assez grand pour être confié au grand prêtre Éli et pour servir au tabernacle. Il devait avoir au moins trois ans, car l’enregistrement des Lévites se faisait à partir de cet âge.

2 chroniques 31 : 16 : « en plus des hommes enregistrés dès l'âge de 3 ans, ils faisaient ces distributions à tous ceux qui entraient dans la maison de l'Eternel suivant les exigences de chaque jour pour y accomplir leur service, selon leurs fonctions et leurs divisions. »

Sa mère, Anne, a attendu qu’il soit sevré avant de l’emmener au tabernacle à Silo pour qu’il serve Jéhovah ainsi qu’elle l’avait promis.

1 Samuel 1 :11 : «  Elle fit le vœu suivant: «Eternel, maître de l'univers, si tu consens à regarder la détresse de ta servante, si tu te souviens de moi, si tu n'oublies pas ta servante et lui donnes un fils, je le consacrerai à l'Eternel pour toute la durée de sa vie et le rasoir ne passera pas sur sa tête. »

1 Samuel 1 : 21-24 : « 21 Son mari Elkana monta ensuite avec toute sa famille offrir à l'Eternel le sacrifice annuel et accomplir son vœu. 22 Mais Anne ne monta pas à Silo. Elle dit à son mari: «Lorsque l'enfant sera sevré, je l'y conduirai afin qu'il soit présenté devant l'Eternel et qu'il reste là pour toujours.» 23 Son mari Elkana lui dit: «Fais ce qui te semblera bon, attends de l'avoir sevré. Seulement, que l'Eternel accomplisse sa parole!» La femme resta donc là et elle allaita son fils jusqu'au moment de son sevrage.
24 Quand elle l'eut sevré, elle le fit monter avec elle à Silo.
»


Pendant tout ce temps que durait l’allaitement, le petit enfant était très proche de sa mère.

Ce n’est que lorsqu’ils étaient en mesure de comprendre la loi, qu’on la leur expliquait.

Esaïe 28: 9: « Ils disent: «A qui veut-il enseigner la connaissance? A qui veut-il faire comprendre son message? Est-ce à des enfants qui viennent d'être sevrés, qui viennent de quitter la poitrine de leur mère? »

A ma connaissance, il n’y avait aucun interdit concernant la préparation des repas car il ne s’agissait pas d’une maladie contagieuse.

Enfin, comment une femme signalait-elle son « état » ?

Elle devait très certainement le signaler à son époux car toute relation sexuelle était interdite pendant les règles.

Si son mari partageait le même lit (sans qu’il y ait relations sexuelles), il était aussi considéré comme impur et ne pouvait se rendre au tabernacle. Les enfants restaient avec leurs parents.  
Ainsi, c’était toute la famille qui, pendant 7 jours, ne pouvait se rendre au tabernacle.
D’ailleurs, ne valait-il pas mieux pour respecter les critères de sainteté de Dieu concernant le lieu saint qui représente la présence même de Dieu, d’éviter d’aller au tabernacle quand son épouse avait ses règles ?

Nous avons donc un principe : la femme est impure, il ne faut pas la toucher pendant 7 jours. Et la pratique : dans sa maisonnée, avec la vie trépidante de tous les jours, difficile de rester à l’écart. Tous les membres de la famille évitaient très certainement d’aller au tabernacle pendant ce temps-là.

Et si un membre de la famille devait se rendre au tabernacle, la loi disait que quiconque touchait une femme impure serait impur jusqu’au soir. Cela signifiait, que le lendemain, il n’aurait aucun problème pour se rendre au tabernacle.
La femme par contre ne pouvait pas se rendre au tabernacle pendant 14 jours, presque la moitié du temps.

Olivier
J
avatar
Admin
Admin

Messages : 250
Date d'inscription : 28/10/2017
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://www.apocalypse-enfin-clair.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les religions et la femme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum